Bonjour !

Que de choses accomplies au centre agro-écologique de Ndiémane, village sérère d'environ 3700 habitants, situé à proximité de Nianning dans le Sud du Sénégal (voir album photo  : en cours de publication, j'introduis des photos chaque jour).

Le centre agro-écologique accueille un espace maraicher respectant les principes de l'agro-écologie. Des stages de formation réservés aux agriculteurs sont mis en place chaque samedi selon une thématique et les questions sollicitées (faire un compost, réaliser des traitements végétaux...).

Le projet d'accompagnement des agriculteurs locaux vers une agriculture plus saine est en marche, les agriculteurs s'engagent à produire sans pesticides et engrais de synthèse pour faire place à une relation avec la terre plus respectueuse et plus douce, dans un vrai échange équitable : je prends soin de ma terre, elle me donne de savoureux légumes de haute qualité nutritionnelle.

24 puits ont été forés en 2007, la nappe phréatique étant relativement accessible entre 6 et 15 m selon le profil du terrain.

Le puits représente un trésor inestimable pour les agriculteurs puisqu'il permet de faciliter l'irrigation des cultures sur du long terme, auparavant de simples trous étaient creusés dans le sol. Pendant l'hivernage, de fortes pluies provoquaient souvent l'effondrement d'une partie de la cavité.

L'agriculteur, candidat au programme de l'association, est propriétaire de son puits. Il le rembourse grâce à un micro-crédit sur 36 mois.

Il s'engage à respecter une charte agro-écologique, j'ai pu observer que les parcelles de culture étaient entourées de haies très robustes composées d'euphorbes ce qui permet d'éviter d'une part, la dégradation des cultures par le bétail, d'autre part l'accélération de l'érosion et le lessivage du sol par l'action du vent et de fortes pluies.

Ces haies forment une première enveloppe de protection, les vétivers constituent une seconde enveloppe de protection dans la mesure où ces graminées fixent vigoureusement le sol et s'adapte facilement au terrain très sec.

Cette année la récolte du mil n'a pas été satisfaisante dans la région, les cultures n'ont pas reçu toute la pluie nécessaire et l'enherbement des parcelles n'a pas amélioré les choses.

Le semis de mil précédé de l'application de compost le premier jour de pluie permettrait à la culture de bien démarrer, le désherbage des parcelles de mil serait aussi à respecter pour que l'épis de mil soit mieux nourri.

Le mil ou "thiéré" est l'alimentation de base des villageois. En bouillie le matin avec du lait caillé (fondé ou lakh) ou en plat préparé avec une sauce "nier", c'est une céréale très appréciée pour sa richesse nutritive.

Je confirme c'est délicieux.

La préparation du mil est tout un art. Les femmes préparent le mil pendant presque 2 jours, au préalable, il faut piler, tamiser, piler encore puis laver le grain, le moudre au moulin, le cuire et le mixer avec des feuilles de baobab finement hâchées pour préparer le fameux thiéré.

Enfin, je termine par le Neem (Azadirachta indica melacae ou margousier), cet arbre originaire d'Asie du Sud-Est, est très important pour l'agriculture locale. Il s'avère être un précieux allié pour l'agriculteur en raison de ses propriétés répulsives et insecticides naturelles entre autres. Il est surnommé l'arbre aux milles vertus puisque la pharmacopée indienne utilise ses graines, écorce et feuilles dans un cadre thérapeutique.

J'ai donc appris à préparer du purin de neem pour que les pucerons et acariens laissent en paix les jeunes plants d'aubergines et de tomates en culture au centre agro-écologique. Plusieurs applications tôt le matin furent nécessaire pour que les hôtes indésirables s'en aillent ... les principes actifs contenus dans les feuilles et graines produisent des troubles dans l'alimentation de l'insecte ainsi que dans son cycle hormonal, ce qui provoque une entrave à son développement et sa croissance.

Pour l'année 2008, 200 puits sont prévus, souhaitons à Sahel People Service beaucoup de succès pour que cette région et d'autres régions du Sénégal deviennent des oasis dans un échange entre l'homme et la nature enfin apaisé et plus épanouissant.

Pour en savoir plus sur cette association, consulter le lien sur mon blog Sahel People Service, bénévoles bienvenu(e)s.